Tribune

Recrutement des cadres post-covid : les statistiques clés

Publié le

La crise du covid-19 a fait beaucoup de victimes, et le marché de l’emploi et des recrutements n’y échappent pas. Le Figaro Classified, dans son étude « Données marché », publiée en novembre 2020 révèle que plus de  214.000 emplois ont été détruits à l’issue des deux vagues de confinement
Dans cet article, nous allons voir ce qu’il en est pour le recrutement des cadres en particulier.

Recrutement des cadres post covid : statistiques clés 1 : Près de 214 000 emplois détruits en année glissante à fin sept.
Source : Etude Données Marché, Figaro Classified, publiée en novembre 2020

Source : Etude Données Marché, Figaro Classified, publiée en novembre 2020

Toutefois, ce chiffre à lui seul n’évoque pas toute la réalité qui est bien plus complexe, sectorielle et régionale. Ce chiffre n’est certainement pas le seul applicable, surtout si l’on parle de recrutement des cadres. Certes, cette crise sanitaire est sans précédent, bousculant les habitudes et les relations de travail habituelles. Mais les constats de fin d’année et du début 2021, laissent tout de même place à une marge de manœuvre conséquente pour favoriser l’élan de la reprise économique et de la reprise des recrutements.

Y a-t-il une baisse des recrutements de cadres en période post-covid ?

La réponse est oui. Le coronavirus a induit un ralentissement de la vie économique (et à certaines périodes, des arrêts). Cette perte de vitesse a poussé les entreprises à revoir leurs plans à bien des égards, dont celui du recrutement des cadres. Toutefois, cette baisse n’est pas la même partout – et les statistiques le prouvent.

Une baisse au niveau des recrutements proprement dits

D’après l’étude menée par APEC (Baromètre des intentions de recrutement et de mobilité des cadres) en 2020, il y a une baisse de 30 à 40 % du recrutement des cadres.

Recrutement de cadres en 2020 : Baises de 30 à 40%

En 2019, il y a eu 281.000 recrutements de personnel cadre, qualifié, expert et d’encadrement. Vers la fin de l’année 2020, ce chiffre est tombé entre 170.000 et 200.000. 

Par conséquent, le coronavirus a bien affecté le nombre de recrutements et d’après Le Figaro Classified, 2020 aurait dû être l’année-record de recrutement des cadres. La mondialisation, ainsi que la transition numérique et énergétique ont fait émerger un besoin d’expertise de plus en plus conséquent, et donc plus de personnel-cadre.

Toutefois, la baisse affecte surtout le processus de recrutement proprement dit. En effet, le nombre d’emplois et de postes, lui, n’a pas diminué. Les entreprises se sont, pour la plupart, contentées de repousser les recrutements. Pour preuve, le nombre d’emplois créés entre les deux confinements est reparti à la hausse rapidement, avant d’être de nouveau freiné par le deuxième confinement de novembre.

Recrutement des cadres post covid statistiques clés : 344 400 emplois créés en T3 2020

Source : Etude Données Marché, Figaro Classified, publiée en novembre 2020

Nuances par région

Lorsqu’on parle de la baisse des recrutements des cadres post-covid, il faut également noté que le choc de la crise sanitaire n’a pas affecté de la même manière les métropoles et les autres régions

La baisse des offres d’emploi s’est davantage fait ressentir en Ile-de-France (baisse de 39 %), en Occitanie (baisse de 33 %), dans le Nord-Pas-de-Calais (baisse de 32 %) et en Bretagne (baisse de 32 %). Les chiffres sont un peu moins élevés du côté des régions plus rurales avec des grands espaces.

Nuances par activités

Les statistiques clés post-covid démontrent également que la baisse de recrutement des cadres n’est pas la même pour tous les secteurs. Certains ont davantage été affectés par la crise que d’autres, en particulier les secteurs d’activité liés au tourisme, à la restauration, au textile ou à l’aéronautique. Pour ces secteurs, désormais classés dans la catégorie du commerce « non essentiel », le taux de chômage global a augmenté de 6 à 15 points. Pour les secteurs « essentiels » durant la crise, il n’a connu une augmentation que de 5 à 7 points (exemple : secteur santé, assurance, administration, aide à domicile).

Source : Sondage réalisé par OpinionWay pour Horoquartz sur le Covid et la relation au travail.

Disparité de la baisse du recrutement de cadres selon la taille de l’entreprise

Les statistiques prouvent que les petites et les grandes entreprises n’ont pas vécu de la même manière les effets du coronavirus, y compris pour le recrutement des cadres. Toujours d’après l’étude menée par Le Figaro Classified, les grandes entreprises sont celles qui ont reporté ou annulé le plus de recrutement avec la crise sanitaire (43 %), tandis que seulement 14 % des TPE et 26 % des PME l’ont fait

De plus, la baisse du recrutement n’a été que temporaire pour les grandes entreprises, car elles se sont adaptées au nouveau contexte engendré par le coronavirus. 54% des ETI et grandes entreprises ont recruté au moins un cadre depuis le confinement, contre 9% des entreprises en général. Pour les grandes entreprises, 2020 n’a donc pas été le théâtre d’une forte baisse du recrutement de cadres.


Etude : 54% des ETI et grandes entreprises ont recruté au moins un cadre depuis le confinement, contre 9% des entreprises en général
Source : Etude Données Marché, Figaro Classified, novembre 2020

Différence entre cadres et cadres-dirigeant

Le terme « cadre » couvre :

  • le poste de celui qui a une équipe à encadrer,
  • le poste d’un dirigeant d’entreprise,
  • le poste d’expert qui n’a pas forcément d’équipe à son actif, mais dont le rôle au sein de l’entreprise est clé pour le développement de celle-ci

Dans la pratique, les postes de dirigeant n’ont pas du tout été affectés. En effet, le sondage réalisé par Opinion Way montre que ces cadres-dirigeants ont servi de repère au reste du personnel (71 %) et que la communication qu’ils ont générée, a contribué à améliorer la qualité des relations de travail durant cette période particulièrement stressante (71 à 75 %).

De même, les postes techniques directement liés aux changements nés du covid n’ont enregistré aucune baisse. Durant le 4ème trimestre 2020, il y a eu des recrutements de 12.000 cadres commerciaux, 9.000 cadres IT et 8.000 cadres dans la recherche et le développement (source : étude faite par Le Figaro). 

Finalement, la baisse du recrutement des cadres semble toucher surtout que les postes de cadres intermédiaires dont la responsabilité est moins essentielle (salaire annuel de 35.000 à 70.000 euros).

Le covid a-t-il affecté les méthodes de recrutement ?

Au-delà des chiffres du recrutement, les processus de recrutement des cadres durant la période post-covid ont aussi connu quelques modifications. Nous utilisons volontairement le terme « modification », car ces changements sont nés bien avant la crise du Covid-19 et celle-ci n’en est que l’accélérateur. Voici donc les statistiques sur les changements dans les modalités du recrutement.

Vis-à-vis des outils de recrutement

Comme le télétravail, le télérecrutement ou recrutement à distance, sont devenus une norme.  D’après le Baromètre APEC, l’utilisation des divers outils collaboratifs par les diverses divisions au sein d’une société (dont celle des RH) est passée de 43 à 65 %, depuis la crise du coronavirus. Il s’agit donc de s’appuyer sur les ATS, de passer par les visioconférences, la gamification, la réalité virtuelle et augmentée pour arriver à recruter efficacement.

Un éventuel changement psychologique des candidats ?

L'utilisation des divers outils collaboratifs par les cadres est passé de 43% à 65% selon l'APEC.

Parmi les moyens pour recruter, il y a aussi le discours ou l’image de marque en tant qu’employeur (ou marque-employeur) de l’entreprise. En effet, on constate que d’autres éléments sont de plus en plus important pour les candidats :

  • Recruter sera plus difficile, car le candidat sera avant tout avide de stabilité. D’après le sondage d’Opinion Way, 32 % n’envisagent aucun changement de poste, ni d’entreprise, 23 % pensent progresser, mais au sein de la même entreprise. Une éventuelle reconversion professionnelle n’est que très peu envisagée.
  • Recruter sera également plus challengeant, avec une évolution des critères de sélection de  la jeune génération (la génération Z). Par exemple, 69 % ne travailleront pour une entreprise que si celle-ci est favorable au télétravail. Sans compter l’importance grandissante (mais pas nouvelle) des questions de qualité de vie au travail.

Ainsi, l’étude faite par Figaro Classified a mis en avant 20 métiers en tension, avec une hausse de la difficulté de recrutement.

20 métiers qui restent sous tension selon l'étude du Figaro Classified

 
Source : Etude Données Marché, Figaro Classified, publiée en novembre 2020

Vers une reprise et une stabilisation du recrutement des cadres post-covid

Le premier confinement et le second n’ont pas eu les mêmes impacts. La deuxième fois, les entreprises ont su s’adapter même si cette adaptation a été plus facile au sein de certains secteurs. Que peut-on en déduire ?
Le chaos ne sera plus le même qu’après la première vague, et le recrutement des cadres va se stabiliser en 2021.

Figaro Classified parle de «fort rebond de la croissance» (prévision de 8 % selon le Ministère de l’Economie), de stabilisation en 2021 et d’accélération en 2022. Le rapport entre la création et la destruction d’emplois en 2020 le démontre bien, avec une création excédentaire.


Statistique clé : Stabilisation en 2021 et accélération en 2022
Source : Etude Données Marché, Figaro Classified, publiée en novembre 2020

Malgré une vitesse de stabilisation différente selon le secteur, le recrutement des cadres devrait augmenter. Cependant, il faudra du temps pour qu’il atteigne son niveau de 2019. Le taux de chômage des cadres devrait principalement concerner les jeunes nouveaux diplômés et les seniors en fin de carrière, suivi des cadres demandeurs d’emploi. Ceux qui sont déjà en place ne devraient pas connaître de grands changements, sauf pour des situations spécifiques d’une entreprise donnée.

Le recrutement des cadres post-covid chez Hunteed

Hunteed, la plateforme digitale du recrutement a conforté sa position et les solutions qu’elle propose grâce à son expérience du digital. Durant la première vague de la crise sanitaire seulement 7% des entreprises ont annulé leur recrutement, 53% les ont poursuivis en totalité ou en partie et 40% les ont mis en pause. Les relations avec les clients n’ont pas été déstabilisées par la crise, Hunteed proposant en même temps l’appui d’experts, mais aussi des outils, intuitifs et faciles à utiliser (SaaS) qui conviennent au quotidien mouvementé des entreprises.

La période post-covid est donc tout simplement la confirmation d’une solution qui a démontré son efficacité et sa pertinence face aux divers changements que le monde de l’emploi connaît, liés ou non au Coronavirus.