Candidat, Digital, Recruter, Conseils d'expert

#i4emploi pour recruter : 4 précautions

Chaque jour, des milliers de Twittos mettent en lumière les talents en recherche d’emploi grâce aux retweets du hashtag #i4emploiR. Pour recruter, le hashtag #i4emploi représente également une voie à explorer, à condition d’en comprendre les codes et de l’utiliser à bon escient. Le mouvement de mobilisation pour donner de la notoriété aux demandeurs d’emploi a comme pilier le partage et la bienveillance. Impossible donc d’en faire un vecteur de recrutement sans un briefing en règle.

Pour les offres d’emploi : utilisez #i4emploi

Intégrer le hashtag #i4emploi dans sa bio sur Twitter marque son engagement à RT (retweeter) les tweets assortis d’un #i4emploiR. Cette mention permet aux profils en quête de RT (retweets) de trouver les Twittos pro-actifs. Au terme de quelques mois, le hashtag commence à être utilisé dans les offres d’emploi des recruteurs, en entreprise ou en cabinet.

 

Pour sourcer des candidats : trackez #i4emploiR

Le hashtag accolé d’un R – #i4emploiR – est réservé aux profils qui cherchent à se faire connaître. Il est intégré à leurs tweets de présentation. Pour les recruteurs, faire des recherches régulières avec ce hashtag amène à identifier des profils avisés. Les tweets sont fignolés et quand c’est nécessaire, l’équipe #i4emploiR aide en coulisse à les retravailler. La présentation est très visuelle grâce à un choix d’illustration qui illustre graphiquement le parcours et les compétences. Le nombre de RT obtenu peut se compter en centaines.

Interagir à bon escient avec le compte @i4emploi

Le compte @i4emploi ne “follow” ni ne retweete que les candidats accompagnés par le collectif, à l’exclusion de toute offre d’emploi. Vivement conseillé aux recruteurs : suivre le compte. C’est le signe que l’on a compris la dynamique. À éviter clairement : citer le compte @i4emploi dans ses offres d’emploi en espérant un retweet. Il n’y en aura pas.

 

Pas de stage, ni d’alternance ou de mission free-lance

L’utilisation du hashtag dans les offres d’emploi tweetées est strictement réservée aux offres en CDI ou CDD. Si le hashtag est utilisé pour  recruter sur des pré-jobs (stages ou contrats d’alternance) ou encore des missions en free-lance, le collectif rappelle le principe par un tweet ou un MP (message personnel).

 

En préalable, mais faut-il le préciser, le retweet des candidats tagués #i4emploiR est de rigueur, tout particulièrement pour les profils qui gravitent dans son univers professionnel ou dans sa région. Ce réflexe nourrit à bon escient sa marque recruteur auprès des candidats bien rodés pour scruter la time-line de leurs interlocuteurs.

 

Pour creuser l’affaire :

LinkedIn Impulse –  20 février 2016 –  Coryne Nicq – « Twitter pour changer le monde : l’exemple de #i4Emploi #i4EmploiR @i4Emploi ».

Les Échos – 28 septembre 2015 – Julie Lemarchand – « Twitter peut-il sauver l’emploi ».

L’Express – 11 mai 2016 – Corinne Dillenseger – « #i4Emploi : oui, Twitter permet de trouver un emploi ».

Blog d’Alban Jarry (à l’initiative d’#i4emploi) – « Tout savoir et les témoignages » : une revue de presse en mode 360° de l’aventure.

Le collectif #i4emploi

Merci à Le collectif #i4emploi

En septembre 2015, les emplois de 32 salariés sont menacés par la fermeture de l’entreprise pharmaceutique Salem, implantée en Corrèze à Meymac. Un élu de la commune interpelle Alban Jarry sur Twitter pour donner de la visibilité à la recherche d’un repreneur. Ce financier et assureur, spécialiste en stratégies numériques, est aussi un influenceur reconnu (44 000 followers à ce jour). Il crée avec un noyau dur d’influenceur le hashtag #i4emploi. Mobilisation oblige, deux mois plus tard, la reprise de l’usine de Salem est ficelée avec engagement de maintien des collaborateurs à leurs postes. Le collectif a décidé entre temps, au bout d’un mois à peine, de faire du hashtag #i4emploi un projet altruiste durable. D’une équipe de départ constituée d’une quinzaine de personnes, ce sont rapidement des centaines de comptes qui adoptent le réflexe. Côté viralité : en 24 heures, les profils #i4emploiR sont exposés à 486 000 followers uniques et génèrent 3 millions d’impressions. En un an 540 candidats ont été mis en lumière. 102 personnes accompagnées ont retrouvé un travail, grâce au RT ou à l’effet dynamisant de l’exercice.