Recruter adroitement

Comment recruter dans un marché de travail serré ?

Publié le

La problématique du recrutement n’est pas nouvelle, quelle que soit l’entreprise, sa taille et son secteur d’activité. Pourtant, ces dernières années, elle prend une forme différente. Désormais, le problème n’est plus uniquement de recruter le bon candidat au bon poste, mais inclut également d’arriver tout simplement à recruter et de le faire dans des délais acceptables. Or, alors que pour certaines professions, le taux de chômage est élevé, pour d’autres (notamment le marché des cadres) à l’inverse, il est relativement bas. Cela symbolise une inadéquation entre les besoins des entreprises et les compétences des candidats disponibles. Généralement, les compétences les plus spécifiques et les plus rares sont donc les plus recherchées par les entreprises, alors que le nombre de candidats est moindre. Pour une entreprise, comment mettre toutes les chances de son côté et parvenir à recruter malgré le contexte ? Cet article vous donne toutes les pistes pour réussir.

La situation du marché du travail en France : est-il aussi serré que cela ?

En 2017, 150 000 offres d'emploi sur les 3,2 millions qui ont circulé au long de l'année ont dû être abandonnées faute de candidat qualifié

La réponse est oui. D’après Pôle Emploi, 57 % des entreprises anticipaient la difficulté de recrutement pour 2018. En effet, en 2017, 150 000 offres d’emplois sur les 3,2 millions qui ont circulé au long de l’année ont dû être abandonnées faute de candidat qualifié. Parmi eux, 82 000 étaient des emplois stables et durables. Ceci était vrai alors que le taux de chômage était de 8,8 %. Plus de la moitié des entreprises qui sont parvenues à recruter ont mis, en moyenne, 46 jours pour arriver à leurs fins. 

Recruter est donc devenu problématique pour les entreprises, en particulier celles qui évoluaient dans le secteur de la construction, de l’industrie, du commerce, du numérique et des services à la personne.

En 2020, dans un contexte de pandémie la situation est encore plus volatile, liée aux inconnues engendrées par la crise. Les chiffres officiels font état d’une hausse de 1,8 point du taux de chômage. Toutefois, il est à prévoir que cette hausse de la demande ne rendra pas le marché de travail moins serré sur du long terme. Pour expliquer cela, il faut revenir aux causes profondes de cette difficulté liée au recrutement.

Pourquoi recruter devient difficile ?

Qu’est-ce qui fait que le recrutement soit si difficile ces dernières années ? En fait, pour expliquer le phénomène, il faut comprendre que le monde professionnel en général a connu une mutation. Une mutation qui touche davantage les ressources humaines que les autres services d’une entreprise. Voici donc les 5 principales raisons qui font que le marché du travail soit serré.

1. Une pénurie de compétence

Toujours d’après Pôle Emploi, 76 % des entreprises ne sont pas parvenues à recruter, faute d’avoir trouvé la qualification et les compétences techniques recherchées. Cela signifie que les exigences liées à des postes spécifiques sont de plus en plus accrues, si bien que les formations existantes sont insuffisantes ou inadaptées. Les employeurs ne recrutent pas parce que les candidats « prêts à l’emploi » sont rares. Ils ne maîtrisent pas les spécificités techniques du poste à pourvoir. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le marché du travail est particulièrement serré pour les compétences pointues et l’est moins, pour les compétences génériques.

2. Une inadéquation des personnes avec l’entreprise

70 % des recruteurs interrogés par Pôle Emploi ont déclaré que l’une des raisons qui rendent le recrutement difficile était l’absence du savoir-être et des soft-skills requis auprès du candidat. Pour 58 % d’entre eux, l’importance du diplôme n’est que secondaire tandis que 60 % estiment que la compétence comportementale est primordiale. Ainsi, ce qui est difficile, ce n’est pas tellement d’avoir un grand nombre de candidatures. Il s’agit plus de trouver parmi elles, un candidat dont la psychologie s’aligne à la culture et aux objectifs de l’entreprise.

3. Un défaut d’attractivité de l’emploi et/ou de l’entreprise

Dans 15 % des cas, ce sont vraiment les candidatures qui font défaut. En effet, soit le secteur (ou le poste) n’est pas attractif, soit c’est l’entreprise qui ne l’est pas. Ainsi, les secteurs et postes avec des conditions de travail assez ardues sont ceux dans lesquels les recrutements sont les plus difficiles. Voilà pourquoi les secteurs de la construction et de l’industrie sont arrivés en tête de liste des secteurs pour lesquels les recrutements étaient les plus difficiles en 2018. Quoiqu’il en soit, il arrive aussi que ce soit l’image de marque de l’employeur qui décourage les candidatures. Sa réputation en tant qu’employeur ou tout simplement l’absence de communication là-dessus rend n’importe quel avis de recrutement émanant de lui, pâle et sans intérêt pour les candidats.

4. Une hausse parallèle du recrutement

Le recrutement est devenu plus difficile au même moment que la hausse des offres d’emploi – qui étaient de 15 % en 2018. C’est d’ailleurs un schéma tout à fait logique. Il y a plus de concurrence entre les employeurs et force est d’admettre que l’entreprise qui gagne au niveau de l’attractivité est celle qui arrivera à recruter. Elle aura le choix des compétences et des softs skills. Le reste devra faire à nouveau faire face à la pénurie de compétences techniques ou comportementales.

5. Des candidats issus des millenials plus sélect

Enfin, le marché de travail est plus serré, car la psychologie des candidats jeunes et dynamiques, n’est plus la même. La génération dite, « des millénials » n’ont plus les mêmes besoins que leurs aînés. Avoir un emploi stable et durable n’est plus prioritaire. Ils attachent une grande importance aux valeurs de l’entreprise, à leur développement personnel et à la possibilité d’une progression tant dans le travail que dans la vie privée, à la nouveauté et à la variété (Source : Ordre des conseillers en ressources humaines agréées du Québec ou CRHA). Si l’entreprise utilise donc des systèmes traditionnels de recrutement, si son image est restée inchangée depuis plusieurs années, la nouvelle génération de candidats potentiels passera simplement son chemin.

Comment parvenir à recruter dans ce contexte ?

Les mesures pour réussir à recruter dans un marché de travail serré

Comme l’entreprise dispose d’une vraie stratégie pour conquérir des clients, elle doit aussi avoir une vraie stratégie de recrutement. Pour faire face plus spécifiquement aux tensions actuelles du marché du travail, il y a 7 mesures possibles à mettre en place.

1. Privilégier la formation et le recrutement en interne

Face à une pénurie de compétences et à la difficulté de trouver la compétence comportementale adéquate, n’est-il pas mieux de former le personnel que vous avez déjà ? Familier avec le poste et l’entreprise, il est bien plus rentable et plus sûr de faire un recrutement interne pour un poste pointu que de le faire à l’extérieur. De plus, en formant votre personnel, vous démontrez votre intérêt pour eux et pour leur progression personnelle. Vous évitez, par là même, des démissions qu’il vous faut redouter. S’il faut recruter, il vaut mieux le faire pour des postes basiques et favoriser la promotion en interne.

2. Investir dans la productivité de ses employés

Peut-être n’auriez-vous pas besoin de recruter si chaque employé était plus productif ? Une seule personne pourrait alors effectuer le travail qui était auparavant assumé par deux, libérant l’une d’entre elles pour d’autres fonctions. Il est bien plus aisé et plus opportun de considérer cette productivité de ses employés que de penser directement à faire un recrutement. Pour ce faire, la formation est nécessaire. Il y a aussi la possibilité d’investir dans diverses technologies qui feront les tâches automatiques et répétitives ou qui aideront grandement l’employé en question. Enfin, une réorganisation et en amont, un audit organisationnel reste à envisager.

3. Convaincre les jeunes diplômés

L’un des meilleurs moyens de s’assurer l’acquisition de nouvelles compétences, avec des personnes nouvellement formées, c’est d’obtenir l’attention des jeunes diplômés. Pour ce faire, n’hésitez pas à faire le premier pas et à aller à leur rencontre : donner une conférence dans des universités finement choisies, participer à divers salons étudiants, proposer des opportunités de stage, etc. Le plus important sera de faire bonne impression et de présenter tous les attraits de l’entreprise. Traitez ces jeunes diplômés comme des clients d’une importance cruciale et ils vous accorderont leur attention au moment du recrutement.

4. Anticiper les recrutements futurs

Un recrutement se prépare. Si vous recrutez sur un coup de tête et sans anticipation, vous allez probablement échouer. Vos concurrents, eux, l’ont préparé depuis longtemps. Anticiper un recrutement, c’est prendre soin de son image, communiquer sur l’entreprise, son organisation et les postes en son sein, y compris ceux à venir. Anticiper c’est déjà être présent sur les bons réseaux sociaux et retenir d’éventuels bons profils.

5. Élargir son horizon de recrutement

Face à un marché de travail serré, il vous faut aller plus loin que là où vous recrutiez habituellement. Vous pouvez donc envisager de recruter à l’international. Vous pouvez aussi diffuser votre offre via des canaux que vous n’aviez pas l’habitude d’utiliser. Comme en marketing, définissez le personae de votre candidat idéal et allez là où il se trouve : blogs et forum spécialisés, réseaux sociaux, plateforme professionnelle sont autant d’endroits où recruter peut être plus facile qu’en passant par la voie traditionnelle.

6. Investir dans son processus de recrutement

Si vous ne trouvez pas le bon candidat, la faute vient souvent de votre processus de recrutement lui-même. Aussi, ne lésinez pas sur les moyens pour faire la meilleure sélection possible. Équipez-vous correctement (avec un ATS notamment), choisissez les bons cabinets de recrutement Utilisez des ATS (Application Tracking System), investissez dans un budget pour augmenter la diffusion des vos offres d’emploi, faites-vous accompagner par un cabinet de recrutement.

Testez Hunteed

Afin de travailler avec les bons cabinets de recrutement, susceptibles de répondre à vos différents besoins, n’hésitez à publier vos offres d’emploi sur Hunteed et bénéficiez d’un accompagnement sur-mesure pour une prestation au succès. Aller sur Hunteed

7. Envisager de payer plus

Bien que le salaire ne soit pas l’unique motivation d’un candidat potentiel, force est d’admettre qu’il a toujours un certain poids dans la décision de celui-ci. Par conséquent, afin de recruter dans ce marché de travail particulièrement serré, vous vous devez d’envisager de proposer un salaire plus attractif. Cela contribue à lancer une stratégie agressive de recrutement. S’il ne décide pas forcément le candidat à postuler, ce salaire plus élevé forcera au moins son attention et sa curiosité par rapport à votre entreprise. À vous, par la suite, de prendre soin de votre image et de l’attractivité du poste.

Conclusion :

Dans un certain nombre de cas, ce ne sont donc pas les candidats qui manquent, mais bien le processus de recrutement qui n’arrive pas à aboutir, faute de compétences techniques ou humaines et faute d’une bonne image d’employeur. Les solutions qui ont été proposées pour faire face à la tension du marché du travail sont complémentaires : d’abord recruter en interne, puis se tourner vers des jeunes diplômés, avoir une vraie stratégie de recrutement se basant sur l’anticipation et investir largement et fortement dans son recrutement.

Pour ce faire, Hunteed peut être un partenaire de choix. Cette plateforme de recrutement vous met en relation avec les bons cabinets de recrutement, capables de vous accompagner sur une grande variété de besoins. Vous élargissez en même temps votre horizon, y compris auprès des jeunes diplômés, tout en vous assurant d’un processus de recrutement de qualité.